vendredi 27 juin 2014

Une page s'ouvre ... et même plusieurs. Pour notre plus grand plaisir.

Il y a tout juste quelques semaines, la ravissante Flora du Blog "Une page s'ouvre" nous a déroulé le tapis rouge en nous conviant à un entretien de charme ( et de sortilèges ) dans son recoin plein de bouquins et de grimoires magiques ...

Cette délicieuse attention de sa part méritait vraiment qu'on lui retourne la balle. D'autant que la dite jeune femme a beau étayer ses critiques littéraires de manière habile et
enjouée via ses nombreuses chroniques, finalement on sait peu de choses sur la demoiselle qui se cache avec modestie derrière les belles jaquettes et les couvertures ...

L'ambassadrice du Blog "Une page s'ouvre" ( et ses boucles d'oreilles "Capitaine Nemo" )

Et comme cette jeune femme est une véritable "fétichiste" des grimoires et autres recueils, cela nous a semblé naturel de faire des livres ( et de ses lectures ) le principal sujet de notre petite interview :

"Chère Flora, bienvenue chez A Mon Seul Désir,

Nous vous avons réservé notre meilleure table et notre thé le plus raffiné.
Je vous en prie, mettez vous à l'aise ( et goûtez donc ce croustillant sablé aux myrtilles ! ) Dites moi : 

1°) Quel est le tout premier livre dont vous ayez un souvenir très marquant ?
Celui que vous réclamiez à vos parents de vous lire soir après soir ?
(à leurs grandes déconvenues probablement)
  


C’est une question bien difficile que vous me posez là, car c’est toute une ribambelle de livres qui a accompagné ma petite enfance et mon petit cœur a bien du mal à choisir ! 
Mais si je devais me faire violence et n’en mettre qu’un seul en lumière, je piocherais certainement un album du Père Castor, La Vache orange, cette histoire bien connue d’une vache malade soignée par un loup. Je me souviens qu’avec ma sœur aînée, nous demandions sans cesse à ma mère – car c’était toujours elle qui nous faisait la lecture, pauvre d’elle ! – de nous le lire, et mon affection envers les loups doit certainement s’enraciner dans ce livre. Je pense qu’il s’agit là de mon plus vieux souvenir de lecture.



2°) Quel est le premier livre que vous ayez acheté avec votre propre argent de poche ? 
Le possédez-vous toujours à l'heure actuelle ? 
    
Une question encore bien périlleuse pour le mollusque qui me sert de cerveau ! Ma mémoire me fait hélas souvent défaut, d’autant plus que j’ai eu de l’argent de poche assez tard, mes souvenirs étant un peu confus en la matière… Cependant, je pense qu’il doit s’agir logiquement du cinquième tome de Harry Potter, L’Ordre du Phénix, ma sœur m’ayant légué les quatre premiers tomes qui lui appartenaient, je m’étais ruée sur le cinquième tome le jour de sa sortie.





3°) Quel est le livre que vous auriez rêvé d’écrire ? (un livre qui existe déjà ou qui n'existe peut-être pas encore)

Celle-ci est facile ! Sans hésitation, j’aurais rêvé d’écrire une histoire comme celle de Harry Potter, qui représente à mes yeux le livre ultime. Outre l’admiration que je porte à l’auteure pour avoir donné le goût de la lecture à des millions d’enfants et marqué à jamais toute une génération, je suis en effet fascinée par le processus de création de J. K. Rowling et l’incroyable richesse de l’univers qu’elle a créé et qui a bercé mon adolescence comme aucun livre n’a pu le faire. Depuis que j’ai refermé la dernière page de l’ultime tome, je n’ai jamais dévoré un livre comme j’ai englouti Harry Potter, et je n’ai jamais retrouvé les mêmes frissons… En écrivant cette série, Rowling n’a pas seulement rédigé une histoire, elle a créé un monde doté d’une vie propre. Harry Potter est l’expérience ultime de lecture. J’aurais donc adoré créer un univers aussi riche et original que celui de J. K. Rowling, mais je sais pertinemment que je n’en ai ni le talent ni l’étoffe. Laissons les grandes œuvres aux grands auteurs, c’est bien plus sage…



4°) Quel est le livre dont vous ne vous lassez pas et dont vous ne comptez plus les nombreuses relectures (très régulières) ?
 
Cette fois, ma réponse est susceptible d’étonner plus d’un lecteur, voire même de me décrédibiliser, mais tant pis, je prends le risque car c’est un livre cher à mon cœur et j’aime le défendre. Quand j’étais jeune adolescente, ma sœur m’a prêté un livre, Le Cadeau d’une mère, écrit par Britney Spears et sa mère Lynne Spears. J’étais à l’époque une grande admiratrice de la chanteuse, et j’ai été incroyablement charmée par cette histoire simple mais bien narrée, qui raconte l’histoire d’une adolescente habitant un coin paumé du sud des Etats-Unis, et qui rêve de devenir chanteuse. L’histoire peut sembler simpliste et mielleuse de prime abord, mais le livre possède une atmosphère incroyablement chaleureuse et représente finalement l’un des livres les plus marquants de ma jeunesse. En effet, j’ai dû le relire une dizaine de fois, et je continue toujours de m’y replonger de temps à autres, souvent l’été quand j’ai du temps devant moi et que j’ai besoin de m’évader ou de retrouver mon cocon. Et j’y replonge encore aujourd’hui avec le même plaisir !



5°) Quelle est l'héroïne (ou le héros) de conte/légende/roman que vous auriez adoré incarner ?

Je ne vais point paraître très originale, mais mon cœur va encore une fois aux personnages de Harry Potter ! Si je dois choisir une héroïne, Hermione Granger est sans conteste mon modèle, dans sa sagesse, sa générosité et son goût pour le savoir (et la lecture !). Ce n’est pas anodin si je l’ai choisie pour orner mon blog, après tout. Mais si vous me donnez le droit d’incarner un héros, alors ce serait le jeune Potter lui-même. Honnêtement, quel enfant, après avoir lu la saga, n’a pas rêvé d’être l’élu, de découvrir qu’il est un sorcier – et pas n’importe lequel en plus ! Celui qui a survécu au plus grand mage noir… – et qu’il va étudier la magie dans l’école la plus prestigieuse ? Certes, le garçon a quelques responsabilités sur ses épaules, comme défaire le Seigneur des Ténèbres et préserver l’équilibre du monde magique, mais c’est le héros que l’on rêve tous d’être, non ? Vous n’imaginez même pas ma déception lorsque le facteur n’a pas délivré la précieuse lettre d’admission à Poudlard le jour de mes onze ans, et combien de temps j’ai pu attendre devant ma fenêtre que les frères Weasley viennent me chercher dans leur Ford Anglia volante… Je pense donc que j’ai toujours été une Harry dans l’âme !



6°) Mettons qu'un éditeur choisisse d'éditer une de vos nouvelles (car oui, vous voilà soudainement propulsée auteur), quel pseudonyme prendriez-vous ?
Et pourquoi ce choix ?

Tiens, tiens, me voilà auteure ? J’adore vos pouvoirs ! Trêve de plaisanteries, la question du pseudonyme est assez délicate, et en fait, j’y ai déjà réfléchi lors des mes nombreuses rêveries d’écriture et de gloire intergalactique… mais sans trouver de réponse satisfaisante ! J’en suis finalement venue à décider que si j’avais un jour la chance d’écrire quelque chose qui vaille d’être publié, je le ferais sous mon véritable nom, faute de trouver un pseudonyme retentissant.


7°) Y-a-t-il un livre qui fut une totale addiction pour vous ?
A tel point que cela vous a mis dans une situation cocasse ou complètement insolite.

Je pense que ma réponse est facile à deviner… Harry Potter est le livre de ma vie. Comme beaucoup d’autres jeunes gens de ma génération, cet univers a été mon monde, et le cocon dans lequel je m’enfermais pour échapper à la réalité banale qui était la mienne. Enfant puis adolescente, une part de moi ne pouvait pas se résoudre à se dire que ce n’était qu’un livre, cette histoire était si merveilleuse qu’elle était forcément un peu réelle. Ainsi, lorsque je suis tombée sur le mode d’emploi pour créer sa propre baguette magique dans une revue pour ados, je me suis dit : « Mon destin m’attend ! » J’ai suivi la recette à la lettre, avec l’encens au jasmin, la formule magique et compagnie, pour me retrouver à la fin avec un bout de bois qui n’avait rien de sorcier… Je me suis sentie trahie. Et un peu ridicule aussi.



8°) On dit souvent que le chat est le compagnon favori de l'écrivain, pensez-vous que le lecteur possède lui aussi son animal attitré ? Si oui, lequel ?

Je risque de ne pas être très objective à ce sujet en raison de mon amour immodéré envers les chats ! Je dirais donc qu’à mon humble avis, le compagnon attitré du lecteur est une petite boule de poils – ou du moins, l’est-il pour moi ! Le chat a en effet ce pouvoir d’apaiser les gens (à condition de ne pas être allergique, bien sûr), avec son ronronnement et son don inégalé pour la paresse, ce qui instaure une atmosphère chaleureuse propice à la lecture. En plus, il tient chaud aux genoux l’hiver et remplit donc une fonction de bouillotte naturelle. En revanche, il peut aussi être un obstacle à la lecture s’il décide de faire sa sieste sur le livre. Car c’est bien plus drôle que d’aller sur le canapé, évidemment…






 9°) Vous travaillez actuellement votre mémoire de Master sur le thème des vampires...
Pourquoi avoir choisi les vampires comme sujet de vos études littéraires ?
(et pas les loups-garous ou les fantômes…)

A l’origine, je souhaitais étudier un phénomène éditorial afin de pouvoir en décrypter les raisons, les stratégies et le fonctionnement. Les vampires avaient toujours exercé sur moi une attraction singulière, depuis ma découverte de la série de Joss Whedon Buffy contre les vampires, dont j’étais une fervente admiratrice lorsque j’étais plus jeune. Cette créature très particulière dans le folklore et les légendes m’a toujours fascinée, en raison de son immortalité (pas si immortelle que ça, certes), son aura, l’étendue de ses pouvoirs et sa capacité à s’adapter à et se transformer au fil des siècles. C’est une créature très riche, bien plus qu’on ne le croit, et si j’ai choisi de m’y intéresser au détriment d’autres créatures comme les loups-garous ou les fantômes, c’est en raison d’une affinité particulière, car c’est une créature qui peuplait les livres, les films et les séries de mon enfance. Lorsque j’ai dû choisir un sujet de mémoire, mon choix s’est donc porté sur le genre assez récent de la « bit-lit » en France, et qui était alors en pleine expansion, pour finalement se recentrer sur le genre de la fantasy urbaine, qui représente l’une des facettes de la bit-lit. Je ne connaissais rien au genre, et à vrai dire, après en avoir pas mal dévoré, je peux dire que la bit-lit n’est pas mon domaine littéraire de prédilection, et mon cœur va largement aux récits d’Anne Rice.


10°) C'est le soir de la rentrée scolaire annuelle dans la Grande Salle de Poudlard et voici le professeur McGonagall qui vous appelle enfin sur l'estrade.
Pleine d'allant, elle place le célèbre Choixpeau sur votre tête et dans le long silence qui suit... 
que décrète ce dernier : « Gryffondor, Serdaigle, Poufsouffle ou Serpentard ? »

Ah, la question qui m’a tant trotté dans l’esprit… J’en ai rêvé de cette cérémonie de répartition ! Lorsque j’étais plus jeune, je ne rêvais que de rejoindre Harry, Hermione et Ron chez les rouge et or, mais avec le recul (et un peu plus de maturité, avouons-le), je pense que ma place serait à Serdaigle. Sérieuse, travailleuse et toujours à la recherche d’un peu plus de savoir, je me serais totalement épanouie chez les bleu et argent !



***

Et de conclure cet entretien en remerciant chaleureusement Flora de s'être prêtée au jeu des questions avec beaucoup d'honnêteté et de délicatesse, ce fut un grand plaisir que d'en apprendre un peu plus sur les lectures qui ont marqué son enfance et façonné la grande Magicienne des livres qu'elle est devenue à présent. 

***

Note personnelle : à se demander si cette chère J.K. Rowling réalise totalement de quelle manière son œuvre va rester à jamais "gravé" dans les esprits de toute une génération ? 

Et pas que dans les esprits apparemment (  avec ces tatouages inspirés par l'univers d'Harry Potter )




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bonjour, nous vous remercions de votre message et de votre intérêt pour notre blog. Nous ne manquerons pas de donner suite très rapidement à votre commentaire, voire de vous apporter une réponse si nécessaire !